> , Poème sous le beret"> <? bloginfo('name'); ?> » <? if(sk_show_category_name()==false){ echo "Qui je suis"; }else{echo sk_show_category_name();} ?>

Les maisons natales

L’hiver est souvent doux dans les maisons natales
Les ombres sont chez elle avec tous leurs secrets,
Elles accueillent le soir, timide, réservé, Alors que le frimas aux ailes de nymphales Vient lécher les vieux murs sans aucune pitié. Un bien pâle soleil perce le moindre ajour,
L'heure est à la froidure en manches de gelée, Quelques bûches dans l'âtre à la tombée du jour, Qu’importe alors le temps quand tout est verrouillé. Que les ombres s'amusent et danse le buffet I Existe un sentiment profond de nostalgie,
De passé englouti, de repos mérité, Passe devant les yeux un cortège d'oublis,
Une vague d’émois, une paix méditée. 11 naît un pieux silence, un monde de pensées. L'ombre s'est incrustée, au mur elle s'allonge Puis soudain disparaît quand la bûche s'enflamme,
Elle devient voilier, cordage qu'on élonge, Le soupir d'une nuit; le trait fin d'un calame. Elle devient conscience abstraite vie d'une âme. CLBF