> , Poème sous le beret"> <? bloginfo('name'); ?> » <? if(sk_show_category_name()==false){ echo "Qui je suis"; }else{echo sk_show_category_name();} ?>

Brûlante atmosphère

ae: Lourdes comme du plomb, gaïnées d’or et vermeil,
Les heures du grand jour fouiflent tous Les recoins,
Cherchent l'ombre propice à un coin de sommeil Chargée de la senteur de feuilles et de foin. Un pâle vague à l'âme sur la terre irradiée,
Tourmente de vapeurs les fines pointes d'herbe,
La Blancheur se dissipe sur les épis superbes
Œn un fluide aérien légèrement voile. L'haleine de l'été ne souffle aucune plainte
L'air ne respire plus, le vent lui se camoufle
Et l'on entend au loin, maïs est-ce une complainte?
Le peuple des écorces qui de brûlures étouffe. Les monts ont à leurs pieds une fraîcheur nocturne,
Quelques vertes prairies où il fait 6on coucher,
Laissant l'étroit ruisseau d'humeur bien taciturne
Glisser en titubant, s'écorchant aux galets. Au matin Le dieu Rä, d'aplomb sur ses rayons,
Telle forge en action au rythme de soupirs
Sur les joues des vallons et coteaux moribonds
Incendiera [a terre avant que de s'enfuir... 5 À 1 & © & © & À à